Les derniers jours de nos pères

Joël Dicker

CHF 11.90
Alerter avant parution Précommander Ajouter au panier Ajouter e-book

Généralement expédié sous 3 jours à 4 semaines (selon disponibilité locale)

Éditeur
Editions de Fallois / L'âge d'homme
Collection
De Fallois poche
Pages
456
Parution
mars 2015
Format
Poche
Langue
Français
Dimensions
17.6 × 11 × 2 cm
EAN
9782877068963
Autres formats
  • Chroniques
  • Résumé
  • L'auteur

Chroniques Presse

Le Temps

Les héros du SOE, l’armée des ombres de Churchill

Emmanuel Gehrig, samedi 28 janvier 2012

L’écrivain genevois Joël Dicker évoque un chapitre fascinant de la Seconde Guerre mondiale: l’histoire du SOE (Special Operations Executive), surnommé l’«armée secrète de Churchill», à travers le destin de sa section «F», unité déployée en France et menant des opérations de sabotage, de guérilla et de propagande contre l’occupant allemand. Le SOE fut «la plus grande improvisation de l’histoire de la guerre», résume l’auteur: on ne peut pas mieux dire. Réalisant très vite que la Grande-Bretagne ne résisterait pas de front à la puissance de la Wehrmacht, le premier ministre a créé et mis en place, secrètement, le SOE dès 1940. Des milliers de jeunes gens issus de tous les pays occupés par l’Axe sont recrutés en Angleterre. Après un entraînement éprouvant de plusieurs mois, les voilà parachutés dans leurs pays d’origine pour structurer les réseaux de résistance. S’inspirant vraisemblablement d’acteurs véritables, mais sans renoncer à la linéarité du récit et à la dramaturgie, Joël Dicker suit neuf jeunes Français, ou Franco-Britanniques, tous plus ou moins préparés au grand sacrifice, qui apprennent à se connaître durant leur exténuante formation, laquelle est du miel comparé aux missions à venir. Il y a Pal, ou Paul-Emile, la vingtaine, qui a quitté trop vite son père à Paris: déchirement sourd qui résonne tout au long du livre. Il y a Key le charismatique; Faron la brute, «Gros», qui a tout du bêta enveloppé mais si gentil; Laura la douce – le SOE comptait bon nombre d’agentes, dont certaines connurent un destin tragique (voir notamment The Heroines of SOE, par Beryl Escott, The History Press, 2010, non traduit). Au terme de leur formation, ces jeunes sont devenus une «famille» indivisible, peu consciente qu’elle va devoir affronter le pire. De prime abord, les personnages sont fortement stéréotypés et la narration un peu grandiloquente lorsqu’elle parle des «Hommes» qu’ils sont devenus (ou pas), «les pères» qu’ils ont quittés, etc. Toutefois, au fil des pages, la lecture devient envoûtante: en plus des descriptions techniques et logistiques démontrant une grande maîtrise du sujet, l’auteur s’implique davantage, saigne avec ses compagnons, devient lyrique. «Les ennemis sont mortels, mais pas la haine. Elle empoisonne le sang et se transmet […] pendant des générations; et alors plus rien ne cesse jamais, les combats sont vains», constate le narrateur, dont la mélancolie s’aggrave au fil du livre et devient contagieuse. On s’aperçoit que le pire qui puisse arriver à cette famille n’est pas seulement d’être désunie par la mort. Ce que Joël Dicker transmet avec force, ce n’est pas seulement l’horreur de la guerre, et ses conséquences sur l’homme, mais la puissance réchauffante du «nous», qui surgit, souvent trop brièvement, aux heures critiques de l’histoire.

Joël Dicker est né à Genève en 1985. Son roman La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert a obtenu successivement en 2012 le Prix de la Vocation Bleustein-Blanchet, le Grand Prix du Roman de l'Académie française et le Prix Goncourt des Lycéens. Les Derniers Jours de nos pères est son premier roman. Il a reçu le Prix des écrivains genevois en 2010.
Joël Dicker est ne d Genève en 1985. Son roman La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert a obtenu successivement en 2012 le Prix de la Vocation Bleustein-Blanchet, le Grand Prix du Roman de l'Académie française et le Prix Goncourt des Lycéens. Les Derniers Jours de nos pères est son premier roman. Il a reçu le Prix des écrivains genevois en 2010.
Sommaire / contenu
Nous vous suggérons aussi
La disparition de Stephanie Mailer Dicker Joël CHF 29.90
Le premier jour du reste de ma vie... Grimaldi Virginie CHF 12.30
Le huitième jour de la semaine Bobin Christian CHF 19.50
Les fautes de nos pères Archer Jeffrey CHF 0.00
La Disparition de Stephanie Mailer Dicker Joël CHF 23.00
L'appel de l'ange Musso Guillaume CHF 14.90
Qui a tué mon père Louis Edouard CHF 20.40
Les couleurs de la vie Fouchet Lorraine CHF 13.40
La Part de l'autre Schmitt Eric-Emmanuel CHF 13.80
Madame Pylinska et le secret de Chopin Schmitt Eric-Emmanuel CHF 22.50
La fille de Brooklyn Musso Guillaume CHF 15.20
Retour en haut de page