Le cannibale de Crumlin Road

Sam Millar

Lazare Herson-Macarel (Narrateur)

CHF 40.70
Alerter avant parution Précommander Ajouter au panier Ajouter e-book

Généralement expédié sous 3 jours à 4 semaines (selon disponibilité locale)

Éditeur
Sixtrid
Parution
mars 2016
Format
Livre audio
Langue
Français
Dimensions
18.8 × 13.8 × 0.6 cm
EAN
3358950003082
Autres formats
  • Chroniques
  • Résumé
  • L'auteur

Chroniques Presse

Le Temps

Une traque sinueuse au cœur de Belfast

Nicolas Dufour, samedi 28 février 2015

La deuxième enquête du détective privé Karl Kane ne plonge pas dans un univers de nuances. Noir, c’est noir. Voici que l’investigateur, avec sa sévère mais compatissante adjointe et compagne Naomi, va se mettre sur la piste d’un tueur de jeunes femmes. Très jeunes, dans les 16 ans. Plutôt marginales, ou évoluant parmi les camés. La première est retrouvée, enterrée mais pas entièrement, par un promeneur et son chien. Principe classique de la découverte du corps, ici mutilé: il manque le foie et les reins. L’assassin est-il vraiment cannibale ou a-t-il une obsession qui le ferait agir comme tel? Début conventionnel, en alternance avec des séquences de la nouvelle, peut-être future victime. Après le remarqué Les Chiens de Belfast, la première enquête de Karl Kane, Sam Millar confirme son goût pour un certain classicisme, remontant aux grandes heures du polar hard boiled, des privés durs à cuire. Avec Naomi pour aiguillon, sa cinéphilie, ses liens animés avec les policiers du coin et ses soirées alcool et cigarettes, Karl Kane constitue une figure qui renvoie à l’histoire du genre, sans se banaliser pour autant. Il a en outre une relative bonhomie qui atténue un peu la crudité du contexte, et l’horreur des actes de l’objet de la traque. Et l’auteur a son originalité dans la manière de construire son suspense. S’il démarre de manière traditionnelle, il amène très vite le personnage d’une femme qui s’inquiète de la disparition de sa sœur, et qui se rappelle d’un homme bizarre qu’elles avaient naguère connu. Il se trouve que le personnage est un fils de bonne famille de Belfast, et que la prise de renseignements à son sujet va se compliquer. D’autant que l’affaire prend une tournure plus proche de Karl Kane que celui-ci ne le souhaiterait. Les dimensions s’imbriquent, pas pour le meilleur. Mais la ténacité du héros de Sam Millar va trouver matière à carburer à plein régime… De cette manière, assez surprenante, une piste solide est amenée rapidement dans le récit, ce qui lui donne un déroulement peu banal. Cette structure bousculée accroît la tension du roman, marquée aussi, il faut le signaler, par une violence sans fard. Ancien prisonnier, à la fois pour motifs politiques en Irlande et de droit commun aux Etats-Unis, Sam Millar installe ainsi sa voix, différente, dans le paysage du polar, en même temps qu’il y pose la ville de Belfast comme cadre dramatique.

Pour sa deuxième enquête, après Les Chiens de Belfast, Karl Kane, privé coriace, cinéphile et cabossé, est confronté au Mal en personne. Dans Belfast qu'épuise une vague de chaleur inhabituelle, un prédateur s'attaque à de très jeunes femmes, des junkies, des laissés-pour-compte de la société. A chaque corps retrouvé atrocement mutilé, il manque le foie et les reins. Il apparaît bientôt que le tueur est animé par une perversion très singulière ... Initiée par la plainte d'une cliente dont la soeur a disparu, l'enquête de Kane prend soudain un tour personnel et spécialement dramatique qui durcit sa motivation. Ce ne sera pas toutefois une mince affaire que d'épingler son suspect, membre estimé de l'establishment : l'aveuglement délibéré, voire la mauvaise volonté de la police locale sont autant de bâtons dans ses roues. Mais la rage est un moteur puissant, et Kane, ce " faux dur à l'humour ravageur ", ne craint pas les coups ... Influencé par la BD, Sam Millar décrit ici des scènes violentes et graphiques qui sont autant d'uppercuts, tempérés il est vrai par des dialogues drôlement corsés.
Né à Belfast en 1958, Sam Millar a fait de la prison en Irlande du Nord comme activiste politique et aux Etats-Unis comme droit-commun. Libéré, il est rentré à Belfast pour écrire. Son expérience est relatée dans On the Brinks (Seuil, 2013), récompensé par un Trophée 813. Il se consacre actuellement aux aventures du détective privé Karl Kane.
Sommaire / contenu
Nous vous suggérons aussi
Le premier jour du reste de ma vie... Grimaldi Virginie CHF 12.30
Dans le jardin de l'ogre Slimani Leïla CHF 11.40
Assez de bleu dans le ciel O'Farrell Maggie CHF 16.10
Le vrai statut de ma vie Fenton Liz CHF 13.20
Le dernier stade de la soif Exley Frederick CHF 18.90
Le spleen de Paris Baudelaire Charles CHF 6.10
Le roman de Mélusine Coudrette CHF 11.20
Le Château de ma mère Pagnol Marcel CHF 9.00
Le nombre de dieu Corral Jose luis CHF 21.00
Le vicomte de Béziers Soulié Frédéric CHF 34.00
Le chemin de longue étude Pizan Christine de CHF 16.30
Après le tremblement de terre Murakami Haruki CHF 12.10
Le merle, le loup suivi de Toucher Cole Henri CHF 37.40
Le Livre du rire et de l'oubli Kundera Milan CHF 12.80
Retour en haut de page