Le Bébé CD Audio

Marie Darrieussecq

CHF 25.00
Alerter avant parution Précommander Ajouter au panier Ajouter e-book

Généralement expédié sous 3 jours à 4 semaines (selon disponibilité locale)

Éditeur
Editions des femmes
Collection
La Bibliothèque des Voix
Pages
1
Parution
février 2005
Format
Grand Format
Langue
Français
Dimensions
12.5 × 14.5 × 1 cm
EAN
3328140020410
Autres formats
  • Chroniques
  • Résumé

Chroniques Presse

Le Temps

Le b.a.-ba du bébé

Isabelle Martin, samedi 30 mars 2002

Après quatre romans dont le premier, Truismes (1996), l'a immédiatement rendue célèbre, Marie Darrieussecq a mis au monde un enfant, à son grand étonnement. En intellectuelle habituée à s'interroger, elle s'est aussitôt dit: «Le petit de l'humain: il doit bien y avoir quelque chose à chercher, à comprendre là.» Pourquoi y a-t-il si peu de bébés dans la littérature? Qu'est-ce qu'une mère peut écrire sur son bébé sans tomber dans les clichés sentimentaux? Et surtout comment écrire, attendu qu'elle ne peut le faire que lorsqu'il dort?
La réponse tient dans deux cahiers, rédigés du printemps à l'automne dernier. Les astérisques qui jalonnent ces courts fragments rappellent les interruptions dues aux appels du bébé et déterminent «une écriture structurée par sa propre contrainte». Tout en écoutant d'une oreille «l'ancestral bavardage» qui entoure les jeunes accouchées, Marie Darrieussecq s'étonne des discours contradictoires que suscite le nouveau-né et ce qui l'entoure, à commencer par la tétine. Pour résister au vocabulaire de la publicité, qui parle de «bébé» et de «maman» avec une absence d'article qu'elle tient, comme certains tutoiements, pour «un chantage à l'intimité», elle s'applique à fourbir ces mots le bébé, la mère «comme on frotte des cuivres».
Enveloppé de discours comme de langes très épais, le bébé reste un objet mineur en littérature, même chez les femmes (impossible de penser et de pouponner: on se souvient de l'interdit de Simone de Beauvoir touchant la maternité). Marie Darrieussecq se fait un plaisir de citer un passage d'Ulysse de Joyce pour démontrer que c'est un thème qui peut parfaitement être pris en charge par un homme. Ce petit livre milite donc pour la reconnaissance littéraire du bébé, en réussissant le pari de le décrire sans mièvrerie, avec une tendresse vigilante de romancière sensible aux ombres et aux fantômes qui hantent tous ses livres, à l'instar du petit Pierre de Bref Séjour chez les vivants.

" J'écris pour définir, pour décrire des ensembles, pour mettre à jour les liens : c'est mathématique. J'écris pour renouveler la langue, pour fourbir les mots comme on frotte des cuivres - le bébé, la mère : entendre un son plus clair. Ce n'est pas la naissance du bébé qui déclenche ces pages, c'est l'existence d'autres livres et d'autres phrases - toutes faites ou étincelantes. Les questions qu'elles posent sont parfois si justes que l'adrénaline éclate dans ma poitrine, une envie d'écrire aussi violente et neuve qu'enfant, quand je croyais que ce n'était pas permis. " Marie Darrieussecq.
Bio de l'auteur
Sommaire / contenu
Nous vous suggérons aussi
Le mystère Henri Pick Foenkinos David CHF 12.20
Le petit terroriste Souleimane Omar Youssef CHF 26.80
Le premier jour du reste de ma vie... Grimaldi Virginie CHF 12.10
Le dieu des petits riens Roy Arundhati CHF 13.60
Le Petit Prince Saint-Exupéry Antoine de CHF 11.40
Le K Buzzati Dino CHF 11.60
Le conte du Graal ou Le Roman de Perceval Chrétien de Troyes CHF 14.60
Le Ministère du Bonheur Suprême Roy Arundhati CHF 34.80
Le Prénom Delaporte Matthieu CHF 18.70
Le voile noir Duperey Anny CHF 11.90
Le Procès Kafka Franz CHF 7.60
Le chardon et le tartan Gabaldon Diana CHF 25.10
Le retour de Jules Van Cauwelaert Didier CHF 27.40
Retour en haut de page