Intégrale des entretiens radiophoniques Léautaud-Mallet Coffret 10 CD + livret

Paul Léautaud Robert Mallet

CHF 120.40
Alerter avant parution Précommander Ajouter au panier Ajouter e-book

Généralement expédié sous 3 jours à 4 semaines (selon disponibilité locale)

Éditeur
Frémeaux & Associés
Pages
1
Parution
janvier 2001
Format
Livre audio
Langue
Français
Dimensions
13 × 14.5 × 12.5 cm
EAN
3561302501628
  • Chroniques
  • Résumé

Chroniques Presse

Le Temps

Quand Léautaud faisait mieux que «Loft Story»

Isabelle Rüf , samedi 27 octobre 2001

Plus fort que Loft Story! De décembre 1950 à juillet 1951, les trente-huit entretiens radiophoniques de Paul Léautaud avec Robert Mallet mobilisent des centaines de milliers de Français devant leur poste. Pour les écouter, on annule des dîners, on renonce à des spectacles. Peu avant sa mort, Gide s'étonne: «Je n'en reviens pas, on ne parle que de cela.» Le vieil écrivain misanthrope est lui-même tout surpris d'éveiller autant d'intérêt et, surtout, de sympathie.
Un demi-siècle plus tard, on comprend l'enthousiasme que suscita cette série. A 80 ans, Léautaud est un grand acteur. On dirait par instants une composition comique de vieillard hargneux. Il n'a pourtant pas été facile de le convaincre. Paul Gilson, alors directeur de la radio, programmait de grands entretiens avec des auteurs aussi célèbres que Paulhan, Gide, Colette, Claudel, Cendrars. Robert Mallet, chargé d'établir le lien avec Léautaud, était convaincu de l'intérêt d'enregistrer cette parole si libre, portée par une voix stupéfiante (de sirène, dit-on au Mercure de France!) et ponctuée par un rire qui se module du registre de la crécelle au hululement ou au caquètement, avec des éclats qui font sursauter l'auditeur. Circonvenu par sa fidèle maîtresse Marie Dormoy, Léautaud finit par accepter de se rendre au studio pendant trois mois, et même d'y retourner pour les raccords exigés par une censure qui voulait protéger les oreilles sensibles et les jeunes esprits. «Je ne me souviens pas du tout de ce que j'ai pu dire, plus de bêtises certainement que de choses valables», constate le bavard.
Si les questions des journalistes vieillissent en général plus vite que les propos de ceux qu'ils interrogent, ce n'est pas le cas ici. L'excellente connaissance que Mallet a de l'oeuvre de son interlocuteur et son humour établissent une véritable complicité. Entre eux, on sent le jeu: chacun assume sa place. Mallet endigue, relance, fait entendre l'avis général contre les vociférations de Léautaud, au risque de paraître bien conventionnel face au vieil écrivain toujours vert. Les entretiens suivent un axe chronologique avec des développements thématiques qui concernent aussi bien la biographie que l'oeuvre, sans oublier le plus divertissant: les commentaires sur la vie littéraire française.
Léautaud commence par évoquer les amours de son père avec la toute jeune femme qui deviendra sa mère et la soeur de celle-ci. De telles libertés sont inimaginables sur une radio de service public. «J'ai dû recommencer, réduire, diminuer, châtrer cet espèce de Don Juan paternel», se plaint l'écrivain, qui se prête pourtant à ces arrangements. Plus périlleux encore sont les commentaires sur le comportement des intellectuels pendant l'Occupation et à la Libération: là, on se contentera de lui demander d'éviter de nommer trop précisément.
Malgré ces précautions, alors que des députés communistes accusent la radio d'être au service de la bourgeoisie, tel autre, de tendance gauche chrétienne, s'indigne d'entendre déblatérer sur les ondes celui «qui prétendait ne se plaire que dans la compagnie des animaux». Le débat qui s'ensuit dans la presse satirique semble des plus réjouissants d'après les extraits qu'en donne l'excellente brochure qui accompagne les disques. Léautaud déteste les attendrissements, pousse les hauts cris et tape avec sa canne quand Mallet essaie de lui faire avouer sa solitude de petit garçon abandonné ou ses sentiments à la mort de son père. Mais les âmes maternelles ne s'y trompent pas: l'écrivain reçoit un abondant courrier de femmes prêtes à consoler ce misanthrope, anarchiste «aristocrate». Cet immense succès l'étonne, le réconforte un peu et l'attriste à la fois. Il en conçoit de l'amertume, lui qui se sent, à la fin de sa vie, méconnu comme auteur. Le texte intégral des entretiens paraîtra à l'automne 1951 au Mercure de France: les lecteurs sont moins fragiles que les auditeurs!
La parole de Léautaud est extrêmement construite malgré son apparente spontanéité, ses indignations bruyantes et ses éclats de rire. La cohérence de son propos, guidé par les questions de Mallet, fait de ces quelque dix heures d'écoute un témoignage humain étonnant mais aussi un document sociologique sur la vie littéraire entre la fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe.

Les Entretiens Léautaud-Mallet sont considérés comme une ?uvre radiophonique qui fait référence dans les mondes des Lettres et des Arts. Pour la première fois, l'INA et Frémeaux & Associés éditent, avec le concours de la Scam, l'intégrale des célèbres Entretiens de Paul Léautaud avec Robert Mallet. Le coffret de 10 compact-disques est accompagné d'un livret de 40 pages rédigé par Edith Silve. Il est là, dans les studios, le petit bonhomme qui avait pourtant bien dit à Robert Mallet qu'il ne viendrait pas à la radio : je ne suis pas un cabotin ! Il vient pour médire de tous et de tout. On dit que les rues se vident à l'heure des Entretiens et que de Charles de Gaulle aux étudiants qui s'entassent dans les bars du quartier latin, tous écoutent avec ravissement ce redoutable petit vieillard attaquer les plus illustres gloires de la littérature française. Lequel va être la marionnette à abattre aujourd'hui ? L'émission est explosive et on surnomme Léautaud la dynamite des ondes. La dynamite a quatre-vingts ans et elle est plus active que jamais. La poésie de Valéry ? - ça ne m'intéresse pas du tout, répond Léautaud, c'est de la fabrication. Je le dis toujours, il n'y pas, pour moi, dans toute l'?uvre de Valéry un seul vers qui vaille celui de Verlaine : l'espoir luit comme un brin de paille dans l'étable. Et pan ! Un coup de canne sur le plancher en guise de ponctuation. Sa famille et ses maîtresses ont droit au même traitement que les gens de lettres. Sa mère ? Une petite catin. Son père ? Un coureur de jupons. Ses maîtresses ? Seul le sexe compte, surtout pas de c?ur dans l'affaire. Il s'affiche comme un être sans foi ni loi et ses propos sont si provocateurs qu'il faut bien, parfois, censurer ses débordements. Et pourtant, la douceur, l'amour, la tendresse sont là lorsqu'il évoque son enfance, les animaux abandonnés qu'il recueille, ou les poètes qu'il aime comme Verlaine, Charles Guérin. Tenir son journal entouré de ses chats représente la seule forme de bonheur qu'il connaisse. Cet écrivain qui parle à travers un masque sous lequel il dissimule sa fragilité, sa pudeur, sa peur de la mort et de l'amour, est bien un grand acteur dont les Entretiens avec Robert Mallet en sont le témoignage. Les centaines de lettres qu'il reçut des auditeurs prouvent l'immense intérêt qu'il suscita en 1951. Aujourd'hui, ces Entretiens font partie de notre patrimoine national.
Bio de l'auteur
Sommaire / contenu
Nous vous suggérons aussi
Contes et entretiens Diderot Denis CHF 7.10
Journal intégral 1953-1986 Galey Matthieu CHF 47.80
Intégrale Le clan de Mallaig LACOMBE Diane CHF 25.00
Entretiens Roud Gustave CHF 25.50
Intégrale Sinoué Gilbert CHF 23.60
Intégrale Roberts Nora CHF 25.10
Intégrale Stage Dive Scott Kylie CHF 38.00
Intégrale "La saga des O'Hurley" Roberts Nora CHF 24.00
Intégrale Le Club Rowe Lauren CHF 30.00
Adore-moi ! - Intégrale Swann Lisa CHF 5.40
Retour en haut de page